logo loader
maison du parc

Les trames

Sa position de carrefour climatique et son réseau hydrographique dense confèrent au territoire du Morvan un patrimoine naturel riche et original. Des trames agricoles, les plus fonctionnelles, aux cours d’eau, toutes sont la marque d’un territoire où l’activité de l’homme est peu intensive. La forêt, façonnée par la plantation massive de résineux dans les années cinquante fait exception, à cette impression de nature préservée que l’on peut avoir en traversant les paysages morvandiaux.

A l’échelle de la Bourgogne-Franche-Comté, le Parc naturel régional du Morvan est perçu comme un cœur de biodiversité au sein duquel les problématiques de déplacements des espèces sont peu présentes. Pourtant, lorsqu’on y regarde de plus près, les aménagements passés ou actuels du territoire ont engendré des discontinuités. Au travers de plusieurs programmes d’actions , le Parc agit pour la préservation ou la restaurations des trames écologiques.

 

La trame forestière

La forêt est composée de 53 % de feuillus et 35 % de forêt résineuses et 11 % de forêts mélangées. Ces chiffres, issus des bases de données « forêt » de l’IGN datent (10 ans pour les plus récentes) et nécessitent donc de relativiser ces résultats. Les chiffres reflètent une situation ancienne qui ne tient pas en compte de l’évolution récente de la forêt résineuse qui gagne sur la forêt de feuillus. La couverture forestière varie selon la petite région naturelle considérée. Ainsi le Haut Morvan montagnard est boisé à 95 % et la forêt y est composée de 65 % de résineux.

Le Parc pilote sa 4° charte forestière. Certaines actions contribuent à la prise en compte de la biodiversité. Par ailleurs, le Parc du Morvan collabore depuis 2016 à un travail collectif mené par L’Inter-Parc Massif Central concernant la cartographie et la connaissance des forêts anciennes. Enfin un travail d’étude est en cours pour favoriser la mise en place d’une trame de vieux bois afin de favoriser une biodiversité forestière importante liée aux arbres âgés et de gros diamètres, ainsi qu’au bois morts.

La trame agricole

C’est, pour l’essentielle, une trame prairiale. Les prairies représentent en effet 48 % de l’occupation du sol du territoire. Cette trame est intimement associé à une trame bocagère.

Depuis 1995, le Parc du Morvan met en place des mesures agri-environnementales qui contribue à maintenir des pratiques extensives favorables à la biodiversité des prairies. En 2007, les dispositifs d’aides sont montés en puissance. Ainsi pour la période 2007-2014, ce sont plus de 7000 ha de prairies qui sont contractualisées. La mise en place des MAEC en 2015 a conduit près de 500 exploitants à s’engager.

La trame cours d’eau et milieux humides

Avec plus de 3300 km de cours d’eau et plus de 20000 ha de zones humides, Le Morvan est une région ou cette trame écologique est particulièrement bien présente. Plusieurs actions concourent à restaurer se fonctionnalités. Sur les cours d’eau , l’un des problèmes majeurs rencontré est l’extrême fragmentation due à des ouvrages empêchant la circulation piscicole. On estime qu’il y a un obstacle tous les 800 m de cours d’eau. Des actions d’étude te d’aménagement d’obstacles sont régulièrement mises en place sur le territoire au travers des contrats passés avec les Agences de l’Eau.

Les zones humides, souvent zones de sources ou zones latérales aux cours d’eau, sont également bien souvent des prairies agricoles para-tourbeuses encore exploitées. Elles ont bénéficié, pour les plus intéressantes d’entre-elles, de mesures agro-environnementales. Les tourbières bénéficie en partie d’un classement en réserve naturelle régionale depuis 2016.

La trame noire

Le territoire du Parc est candidat à l’obtention d’un label international « Ciel Etoilé » décerné par la « Dark Sky Association ». De nombreux partenaires l’accompagnent comme les syndicats départementaux d’énergie, la Société d’Astronomie de Bourgogne (SAB), la Société d’Histoire Naturelle d’Autun (SHNA), l’établissement public de Bibracte, Vents du Morvan et bon nombre de communes du Parc.

Pour le moment, seuls deux territoires français, le Pic du Midi et le Parc national des Cévennes ont obtenu la haute distinction de « Réserve Internationale de Ciel Etoilé » (RICE). L’amélioration de l’éclairage public et la réduction de la pollution lumineuse sont des sujets traités depuis denombreuses années en Morvan. Une Charte de l’éclairage Public a été signée entre le Parc et les quatre syndicats départementaux d’énergie de Bourgogne en 2014. Des financements spécifiques ont pu être mobilisés en 2016 pour accompagner les communes dans la rénovation de leurs équipements (remplacement de nombreux luminaires et installation de systèmes automatiques d’extinction, comme des horloges astronomiques…).

Le Morvan possède sans doute l’un des ciel nocturne les plus purs de la moitié nord de la France. Les raisons sont notamment l’absence de très grandes villes à proximité, la taille limitée et la grande dispersion des zones habitée et l’éclairage public nocturne qui est souvent interrompu en milieu de nuit dans 90 % des communes.

 

Contact : , chargé de mission Environnement