logo loader
maison du parc

Reconnaître et valoriser le « petit patrimoine » du Morvan

Accueil Le Parc en actions Écomusée et patrimoine Connaissance & valorisation Reconnaître et valoriser le « petit patrimoine » du Morvan

Entre 2002 et 2004, le Parc a conçu un projet global sur la thématique du petit patrimoine par diverses actions simultanées. Un inventaire quantitatif en 2002 a permis l’édition d’un ouvrage de référence en 2003 avec une affiche d’aquarelles largement distribuée puis, de 2004 à 2008 d’organiser un concours de restauration du patrimoine .

Une variété et une richesse pour notre paysage quotidien

En traversant les hameaux et villages du Morvan, on est étonné du nombre encore très important d’éléments du « petit patrimoine » ou encore visible et en état, témoin de la civilisation rurale de la fin du XIX et du XXe s . Citons par exemple les éléments comme: bascule, lavoir et abreuvoir en granit, travail à ferrer, puits, croix de chemin, muret de granit, verger clos, pêcherie, passerelle en dalles de granit, place de foire,banc de scie, digue avec aiguille, les sources thérapeutiques…

Ces éléments du paysage sont une richesse de notre cadre de vie quotidien.

L’ensemble du corpus, est classique mais quantitativement très riche et diffus dans les communes et leurs hameaux. 70 types d’éléments ont été retenus. Très liés aux ressources locales et à l’histoire socio-économique du Morvan, 4 thèmes dominent : l’eau / les croyances / les limites et l’organisation de l’espace / les activités autour de la forêt, l’agriculture-élevage, l’artisanat.

Le Parc du Morvan a enclenché une dynamique de sauvegarde et de valorisation

Sur ce constat, le Parc après cette étude quantitative en 2002 et 2003 sur de nombreux secteurs

et auprès de maires et associations, à éditer un ouvrage historique et pratique, d’argumentations et de conseils et une affiche d’aquarelles largement aux mairies, écoles… Puis le Parc a lancé un concours de restauration pendant 5 ans jusqu’en 2009 qui a engendré une forte dynamique. Mais habitants et élus doivent continuer à sauvegarder leur patrimoine vernaculaire.

Un patrimoine fragile et un «mobilier rural» à sauvegarder et animer

Si ce patrimoine est encore assez bien conservé, il faut rester vigilant et continuer à le restaurer « dans les regles de l’art ». Cependant certains éléments (souvent en bois) sont menacés comme des bancs de scies, croix, les travail à ferrer mais aussi des pierres des morts, ateliers d’artisans, vieilles haies plessées, murets de pierres sèches ou maçonnés…

Sauvegarder un patrimoine, c’est lui redonner une nouvelle fonction contemporaine dans le tissu social et paysager actuel.