logo loader
maison du parc

L’usage des pesticides

REDUIRE L’USAGE DES PESTICIDES

Accompagner les collectivités et les usagers pour réduire l’usage des pesticides

Les actions pour restaurer ou maintenir la qualité des eaux sont un volet important du Parc du Morvan. Les Contrats pour les rivières accompagnent depuis 2011 les communes pour diminuer l’usage des pesticides pour l’entretien des espaces verts.

 

La loi interdit depuis 2017 l’usage des pesticides pour l’entretien des espaces verts par les collectivités. Néanmoins, les habitants, les élus et les agents communaux ne sont pas forcément prêts, ni à accepter les herbes folles au cœur des villages, ni à passer énormément de temps pour un rendu aussi « propre » qu’avec les désherbants chimiques !

Alors que fait-on ?

Afin de se passer des pesticides, il existe des solutions alternatives mais il faut aussi revoir par endroit le niveau d’exigence par rapport aux herbes folles qui ne sont pas si « mauvaises ».

Quelques exemples :

– autour des sites de prestiges (la mairie, les monuments, l’église…), on désherbera plusieurs fois avec du matériel adapté (brosses, thermiques, binettes…) ou avec des produits autorisés (solutions de biocontrôle). On favorisera les fleurissement avec des vivaces, plutôt qu’avec des annuelles qui nécessitent d’être remplacées régulièrement. Le paillage avec des végétaux (feuilles ou copeaux) empêchera la pousse des herbes dans les parterres de fleurs ou au pied des haies. Il maintiendra également l’humidité dans le sol, limitant l’arrosage.

– sur les grandes surfaces (voirie, trottoirs, surfaces sablées), du matériel de désherbage mécanique peut être envisagé. Il faut aussi envisager d’enherber certaines surfaces que l’on pourra tondre.

– les pieds de murs peuvent être plantés avec des vivaces ou semés avec des mélanges fleuris. La végétation choisie des pieds de murs évite ou cache la pousse des herbes indésirables

– au cimetière, l’enherbement des allées, avec des gazons à pousse lente, évitera un désherbage chronophage. Les intertombes peuvent être bétonnées ou végétalisées avec des espèces rases.

Et dans mon jardin ?

Dans le potager ou dans les massifs, le paillage, avec la tonte des pelouse par exemple, viendra limiter les herbes indésirables.

Pour limiter l’impact des insectes nuisibles ou des limaces, je favorise l’habitat des prédateurs naturels. Par exemple, les hérissons trouveront abris dans un tas de bois et les coccinelles dans dans buches trouées.

Contact : , animatrice du contrat global Cure-Yonne