AGRI-ENVIRONNEMENT

Natura 2000


Dans les sites Natura 2000, l’agriculture est un des éléments majeurs de l’entretien de ces surfaces. Afin d’obtenir une adéquation entre économie et préservation de l’environnement, une bonification des mesures Contrat d'Agriculture Durable est prévue dans le cadre de Natura 2000.
Pour en savoir plus :

Gestion des déchets agricoles


A travers le mémoire de fin d’études de Florence Guais, ingénieur à l’ENSAT, le Parc naturel régional du Morvan dont une des actions de sa charte est développer une politique exemplaire en matière de gestion des déchets sur son territoire, a souhaiter connaître le tonnage des déchets agricoles et les moyens de leurs éliminations.
Cette élimination par la valorisation est d’autant plus nécessaire qu’elle fait partie du cahier des charges des produits Marque Parc.
Le Parc naturel régional du Morvan s’est donc associé au groupe de travail régional sur les déchets agricoles coordonné par la Chambre Régional d'Agriculture de Bourgogne pour des opération de récupération des bâches plastiques ou de PPNU.
Pour en savoir plus :

Haies


Les haies du Morvan sont une des caractéristiques fortes du paysage identitaire. Le maillage ainsi formé par le réseau de haies donne une certaine cohérence au paysage local. Ce paysage est un atout pour le Parc naturel régional du Morvan puisque c’est une des raisons du choix de la destination par les touristes.


Les haies du Morvan ont une certaine spécificité en ce qui concerne leurs rôles, leur forme, mais aussi en ce qui concerne leur entretien. Ainsi, la haie morvandelle actuelle se caractérise par une haie basse (« brosse » en patois) taillée au carrée et accompagnée d’arbres de haut-jet (charme, chêne, frêne, hêtre, merisier, bouleau). Les arbustes qui la composent sont principalement la charmille, le noisetier, l’aubépine, le prunellier, le houx, le sureau. Ce caractère est assez récent (un demi-siècle environ) et provient du type de traitement apparu avec la mécanisation de la taille.

Issu des savoirs-faire celtiques, la haie plessée (ou piéchée) est devenue très rare dans le Morvan. Seuls quelques agriculteurs à la retraite pratiquent encore ces gestes ancestraux qui consistent à coucher à l’horizontal les branches, de les tresser entre des pieux, et de laisser repartir les rejets verticaux. Cette technique présente l’avantage de former une barrière naturelle.

Des traces de plessage très ancien peuvent s’observer dans le Morvan, ce sont les queules.

Si la forme actuelle du bocage facilite la distinction des différents plans du paysage et permet des vues assez ouvertes, il faut cependant nuancer ce caractère par une forte variation dans l’importance du bocage sur le territoire du Morvan. La partie centrale du Morvan, très boisée, possède un maillage bocage plutôt resserré, lié à la petite taille des parcelles et à l’absence de restructuration foncière ; ce maillage reste d’ailleurs peu perceptible étant donné le fort taux de boisement.

Les franges du Morvan (Sud Morvan, secteur de l’Auxois, Nord Morvan) présentent un bocage plus lâche, lié à des parcelles de plus grande taille et à un taux de boisement plus faible.

Au-delà du rôle écologique indéniable de la haie (richesse des espèces animales et végétales, brise-vent, rôle anti-érosion, fixation des sols, épuration de l’eau), elle est principalement utilisée en Morvan comme clôture et abri pour le bétail contre le froid et pour l’ombre qu’elle procure.

Son entretien est de nos jours entièrement mécanisé et utilise largement le broyeur (épareuse). Ce type d’entretien est mis en œuvre pour des raisons économiques (coût du matériel) et de moyens humains (rapidité de l’opération). Cependant, cette technique est loin d’offrir des résultats satisfaisants si les conditions de mise en œuvre ne sont pas respectées (coupe annuelle en saison de pousse du bois jeune hors période de nidification sur des branches de 2cm de diamètre maximum). De plus, cette technique ne permet pas de valoriser les produits bois produits.

Afin de promouvoir le rôle et l’entretien de la haie, le Parc met en place un programme d’accompagnement.

Gestion des sites remarquables


L’agriculture n’est pas qu’une activité productiviste. Dans le cadre de la multifonctionnalité de l’agriculture, les agriculteurs peuvent être des gestionnaires de l’espace rural et des sites remarquables et être rémunérés comme tels.
C’est le cas sur la tourbière du Vernet (Commune de Gouloux), où la commune loue des terres appartenant à des agriculteurs puis passe une convention sur 20 ans avec eux pour réaliser du génie écologique sur cette zone. Une mesure appelée jachère écologique permet de les indemniser pour cet entretien.

Parc naturel régional du Morvan, Maison du parc 58230 SAINT-BRISSON - Tél : 03.86.78.79.00